Yoga

Yoga à la maison – le ressenti d’une débutante

Cela fait maintenant un an que j’ai fait connaissance avec le yoga, et presque neuf mois que je « monte » sur le tapis. Jusqu’à ce jour, je pratique le yoga de façon régulière, presque de façon quotidienne. Autant dire que la motivation est bel et bien présente.

yoga postures asanas débutant
Postures de yoga ou asanas – niveau débutant (où est l’intrus ?)

La motivation : le plaisir avant tout

Si j’ai choisi le yoga, c’est avant tout parce que j’ai eu un coup de coeur pour cette discipline. Comme je l’avais raconté dans mon article A la (re)découverte du yoga , le yoga s’est imposé à moi suite à la prise de conscience qu’une activité physique trop intense et au rythme soutenu – type enchainement échauffement – cardio – abdofessiers – stretching – n’était plus faite pour moi. Un point était clair : mon corps ne suivait plus et je ne ressentais plus de plaisir à faire ce type d’exercices. Pas la peine de s’acharner et valait mieux changer.
J’adore regarder les postures de yoga en image, je peux y passer des heures (bon c’est une expression hein, généralement je ne dispose pas de plus d’1 heure pour cela, et encore…) allez, je vais dire, je peux y passer des minutes 😀 
Bien entendu, comme pour tout, la première attirance est ce qui est visible en premier lieu. Les poses fluides et gracieuses, je trouve cela admirable. Pas vous ?
Par la suite, j’ai fait la connaissance du yoga plus en profondeur et j’ai découvert qu’il pouvait apporter beaucoup de bienfaits. Non seulement pour le corps, mais également pour le mental et pour l’esprit. 
Dans la pratique, je ressens du plaisir à être sur le tapis rien que de penser à ces bienfaits sur mon être. Le tapis que je considère par ailleurs comme mon espace rien qu’à moi – sauf quand Skikda mon chat s’incruste dessus hihi.
Jusqu’ici, je suis toujours très enthousiaste à l’idée de rejoindre mon tapis et j’y vais sans (trop de) difficultés, alors j’espère que ça va continuer ainsi pour longtemps.


Sur le tapis : légèreté et sérénité

Enfin… c’est vite dit… Hem hem !

Le yoga en légèreté et sérénité ? Pas au tout début !

Quand on est novice en la matière, on a beaucoup de questions en tête d’autant qu’être en auto-apprentissage n’est pas une aussi mince affaire que je ne le croyais. Une fois sur le tapis, et même en-dehors, quand je consulte mes documents sur le yoga – que ce soit écrit ou visuel – je me suis vite rendue compte que je suis élève mais je dois aussi être mon propre professeur. Même si j’ai comme support des tutos et des livres de profs de yoga, en vérité, je dois endosser cette responsabilité. Tout un programme ! (Je vous en parlerai plus dans un article à venir)

Le yoga en légèreté et sérénité ? Pas tout le temps !

Les moments d’inconfort sont nombreux pour ma part.

  • Le manque de souplesse : je n’ai pas un corps naturellement souple et à plusieurs reprises j’étais prise de découragement car je n’arrivais pas à faire les mouvements comme dans les séances que je suivais sur les vidéos. Mais au fur et à mesure que j’apprends sur le yoga, j’ai bien intégré que rien n’est perdu et que tout se fait petits pas après petits pas. Alors je ne désespère pas, c’est juste un de mes objectifs à atteindre.
  • Le manque de muscle : même si je pratiquais régulièrement la gym auparavant et que je suis quelqu’un qui aime beaucoup marcher, quelques heures par semaine ne suffisaient pas à compenser les heures et les heures que je passe à être assise devant mon ordinateur. Il n’y a rien de pire pour le corps que la position statique sur une longue durée. Avec la pratique du yoga, je me suis réellement rendue compte que je manque affreusement de force dans les bras et dans les jambes – bon j’exagère un peu, mais pas totalement… ! Un autre objectif à atteindre également.
  • Le manque de souffle : avec la pratique du yoga était apparue cette évidence, je manquais de souffle. Chose pourtant étonnante, je n’ai pas de problème particulier quand je fais de la course à pied, par exemple. Sans considérer le fait que tout être humain sait respirer de façon innée, « je ne savais pas respirer » (probablement, vous non plus d’ailleurs…) Je n’arrivais pas à faire correctement mes mouvements lors de certaines postures car j’avais une respiration saccadée et non maitrisée. Je ne pouvais faire aboutir mes mouvements car j’avais le souffle court. J’avoue que j’étais souvent déconcertée à cause de cela. Aujourd’hui, même si j’ai compris le mécanisme et que je commence à savoir mieux respirer, j’ai encore des difficultés à ce niveau. Peut et doit mieux faire.
  • Le manque de concentration : j’ai appris avec Mathilde Piton ce qu’est le « bavardage mental ». Vous savez, alors qu’on est en train d’accomplir une tâche et que l’on n’est pas centré sur celle-ci ! Que l’on pense à des tas de choses comme « ah, il faut que je pense à prendre du riz à l’épicerie » ou « oups, j’ai oublié de noter le rendez-vous avec ma copine N. » ou encore, « bon, qu’est-ce que je vais faire à manger ce soir ? », ou que ne sais-je encore… En fait, je ne suis pas tout le temps « présente » sur le tapis. Pas à cent pour cent. Lorsque l’esprit se balade et que les pensées en tout genre ne cessent de faire des va-et-vient, on n’est plus en pleine conscience sur l’action du moment. Et là, je dois me ressaisir : « Alina, reviens sur le tapis. Ici et maintenant. Sourire »

Je vous ai peut-être un peu découragé après cette petite liste ?
Mais non, je vous rassure, être débutante et en prime être en auto-apprentissage du yoga, il n’y a rien de plus excitant. Je vais de découverte en découverte sur cette discipline à travers mes recherches mais surtout, je fais une découverte sur moi-même, car le yoga me permet d’être de plus en plus consciente de mon corps, de mon « état mental » et de mon environnement à travers les postures, la respiration et la méditation.
Certes, ce n’est pas facile ! Mais toute action nécessite courage et persévérance. D’ailleurs, après presque un an de pratique, je vois et je sens bien des améliorations sur les quatre points que j’ai cités plus haut. Je garde en vue que le yoga est bénéfique pour moi. Je le ressens chaque matin après mes séances de yoga et même en-dehors du tapis.
Je n’ai pas atteint le « Nirvana » -probablement ne l’atteindrais-je jamais – mais j’ai la joie et la gratitude en moi pour chaque journée qui m’est donnée.

Si vous pratiquez le yoga ou si vous pensez à en faire, n’hésitez pas à partager vos ressentis et impressions à ce sujet en commentaire 🙂
C’est toujours un plaisir pour moi de les lire et d’y répondre.

Namasté

No Comments Found

Leave a Reply