Ecriture

De la boussole au calendrier

Me voici dans une autre étape sur l’apprentissage de l’écriture créative tel que je l’avais annoncé dans mon dernier article : Itinéraire 2 – De la boussole au calendrier. Et l’introduction de cette partie du livre sur l’espace et le temps, choisie par Faly Stachak, me plaît beaucoup :

« … Si je parle du temps, c’est qu’il n’est pas encore,
(…) d’un lieu, c’est qu’il a disparu,
(…) d’un homme, il sera bientôt mort,
(…) du temps, c’est qu’il n’est déjà plus… »
Raymond Queneau, « Explication des métaphores », dans 128 poèmes composés en langue française, Jacques Rougeaud, Gallimard, 1995

Boussole Calendrier Page livre pétales de rose rouge
Première page de Itinéraire 2 – De la boussole au calendrier…

Matin calme et ensoleillé

J’ai tardé un peu au lit ce matin de dimanche – oui j’avais fait mon exercice d’écriture ce jour-là. En ouvrant les yeux, j’entrevois une lueur claire pénétrer à travers le dessous de la porte. Et cela présage un beau temps. Ces deux derniers jours, la ville était sous la pluie, avec des gouttes d’eau pas grossières mais qui se faisaient quand même entendre nettement sur le toit. Si j’ai bonne mémoire, les dernières pluies remontent à il y a deux mois.
Ce matin, comme tous les matins à cette même heure – vers 05h30 et cela jusqu’à vers 07h -, tout est encore silence.
Puis, on entend les habituels chants d’oiseaux. Comme c’est agréable à l’ouïe.
J’apprécie un instant avant d’aller à la rencontre de Skikda et d’entreprendre ma toilette.
Une fois le rituel après le lever accompli, me voici prête pour mon nouvel exercice d’écriture créative.

Comme l’indique le titre de ce nouvel itinéraire « De la boussole au calendrier », il s’agit ici de trouver les mots et les situer dans l’espace et dans le temps. La première proposition d’écriture est inspirée du texte de Paul Morency, « Le plus difficile », dans la revue Vagabondages n°12, octobre 1979.

Top chrono !

De la boussole au calendrier – C’est ici !

Le plus difficile
c’est ici que je me trouve et que vous êtes,
c’est sur ces mots qui sont en train de s’écrire
sur ces phrases qui sont en train de se construire.
C’est ici dans mon imaginaire
tantôt je suis sous un ciel bleu et lumineux
emplie de grande joie et de douce rêverie
tantôt je suis sous un ciel gris et brumeux
soumise à la tristesse et à la mélancolie.
C’est ici sur une terre étrangère
tantôt je me sens bienvenue comme chez moi
à la découverte d’innombrables nouveautés
tantôt j’ai la nostalgie de mon pays avec émoi
empreint des nombreux souvenirs du passé.

Fin du temps imparti.

Mon impression sur cet exercice sur le lieu (symbole de la boussole)

Pas facile, je l’assure, d’écrire lorsqu’il y a un cadre, en tout cas pour ma part. En plus lorsqu’il s’agit d’un genre poétique. Mais je pense ne pas être la seule alors je ne m’en fais pas trop. Et puis, la satisfaction, c’est de réussir même si c’est avec un peu de peine.
Cela semble être un peu plus dur que de dresser des listes comme auparavant, mais c’est le but du « jeu »… Ainsi, l’effort doit aller crescendo. Travail inutile si c’est pour rester à longueur de temps au même niveau. Par conséquent, l’objectif est de s’améliorer. Et pour cela, il est nécessaire de prendre l’échelle de la difficulté.

2 Comments

  • leti

    Alina, cette fois tu n’as pas de restriction avec le temps?

    Cela fait combien de temps que tu es en France?

    Reply
    • AlinaRakotosonBabelon

      Coucou Leti,
      Si si, toujours. Là j’avais entre 10 et 15 minutes.
      Je ne suis pas en France, cela fait 4 ans et demi que je suis au Maroc, à Tanger. Nous sommes presque voisines 🙂

      Reply

Leave a Reply

WordPress spam bloqué par CleanTalk.