Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Moments de vie

Les hirondelles s’en vont migrer – fini l’été

Les hirondelles sont parties… Hier, j’avais encore quatre cinq hirondelles qui me tenaient compagnie. Très tôt ce matin, comme habituellement, je prenais quelques minutes après le lever et la toilette pour profiter du silence et de l’air pur sur la terrasse. Mais le ciel était vide de vie… Et je m’étais sentie seule.

les hirondelles ciel terrasse chat
Les hirondelles sont parties – le ciel était vide

Moi qui avais l’habitude de voir les hirondelles batifoler au-dessus de ma tête, et de les entendre triduler, j’avais le coeur presque triste. Après quelques minutes dans ce sentiment de solitude, un groupe de pigeons traversait le ciel non loin de moi. Ils devaient être huit ou neuf à battre de l’aile. Ils avaient l’air joyeux. Probablement, leur premier moment de la journée pour fendre l’air. Ah, voilà un autre groupe, plus petit, un peu plus au loin qui fendait le ciel dans l’autre sens. Les voir m’avait réconforté, un peu. Ils volaient sans bruit certes, mais j’y ressentais à nouveau la vie. Puis passèrent deux trois mouettes à des intervalles de temps.

Lentement, je rentrais dans la pièce à vivre pour dérouler mon tapis de yoga. Ma séance n’était plus ponctuée que par quelques gazouillis de petits oiseaux domestiques de l’immeuble d’en face. J’avais reconnu le cancan du perroquet dont on apercevait la cage depuis le balcon, et les perruches qui sifflaient. Le piaillement de petits moineaux s’entendait également en écho mais je ne les voyais pas. C’était au loin.

Les hirondelles sont parties, la fin de l’été approche.

Bientôt l’automne. Déjà. Certes, il fait encore chaud. Mais je le vois bien lorsque je me réveille le matin. A six heures, la lueur qui passe sous le pas de la porte est presque inexistante. Lorsque je sors de la chambre à coucher, j’y vois peu et j’attends quelques secondes avant de mettre un pied devant l’autre le temps que mes yeux s’habituent dans le noir.
Le soir, c’est pareil. Le soleil se couche plus tôt pour laisser sa place à la pénombre, puis seule la lune éclaire l’immensité du ciel avant l’apparition de milliers d’étoiles.

Hier, j’avais encore eu le temps d’admirer une danse d’hirondelles. Mais c’était pour la dernière fois, cette saison.

2 Comments

  • Christine

    Hihi Alina , nous faisons la même chose en même temps ! Les oiseaux et l’air (pas très pur..) le matin, un peu de yoga.
    La canicule (ou la pollution ?) a fait fuir les hirondelles chez nous, elles sont reparties de très bonne heure. Elles laissent la place à une famille de corbeaux perchés tout en haut des pins géants qui sont devant ma fenêtre. C’est moins gai, mais j’aime quand même les voir !

    Reply
    • AlinaRakotosonBabelon

      Coucou Christine, ah oui ? Super, la synchronocité ! Hihi
      Ooh c’est dommage pour les hirondelles, elles ont leur instinct de survie. Canicule ou pollution, c’est de toute façon probablement lié…
      Tu as raison pour les corbeaux, ils ont aussi le mérite d’être appréciés malgré tout. Bises

      Reply

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :